Pour consulter une autre sous-rubrique de la rubrique "Journée d’étude, novembre 2004", sélectionnez-la ci-dessous.

Comptes rendus

Pour consulter un autre article de cette rubrique sélectionnez le à droite ou au bas de cette page.


Transcription de l’intervention
par Clémence Regaud

La certification en langues dans le cadre du LMD

de Claude Springer
Mis en ligne : 12 juin 2005

Obstacles

Projet politique, donc lobbying des enseignants par rapport aux présidents d’universités et aux conseils

Le Cadre Européen

La certification

Travail sur la certification date de 3 ans.

Faire apparaître un ensemble d’a priori, d’idées, véhiculés par des linguistes et des non-linguistes, en particulier :
  l’idée que les élèves français sont des monolingues, sont "nuls", ont un gène spécifique qui fait qu’ils sont incompétents en langues, qu’ils ont un cerveau qui ne traite pas cognitivement les choses...
  les étudiants scientifiques ne sont pas bons en langue donc on leur fait faire de l’anglais, mais si on veut les certifier, on veut qu’ils soient excellents mais on ne définit pas ce que cela veut dire. Fantasme d’une compétence bilingue. Travail : définir ce que c’est d’être compétent
  Cela coûte trop cher.
  Former en langue dans les universités, même de lettres, ce n’est pas notre travail. Donc on ne va pas donner d’heures et on se retrouve avec 100 étudiants par cours de langue.
  Il faut l’anglais, pour pouvoir faire de la certifications sans dépenser d’argent, il y a le TOIC.

Les didacticiens sont des missionnaires pour trouver des solutions et casser ces représentations et a priori.

La certification n’est pas un but en soi, c’est un projet politique à long terme, et un projet de rénovation politique en langue. Il ne sert à rien de mettre en œuvre la certification si derrière on n’a pas fait évoluer la formation et si on n’a pas les moyens pour faire évoluer la formation.

Pour les universités, différence entre délivrer un diplôme et accréditer une certification.

CLE ou CLES a eu du mal à avancer car l’arrêté qui circule depuis 2000 est un arrêté typiquement diplômant, donc le ministère ne voyait pas pourquoi on voulait de l’argent pour faire une expérimentation. C’est de la recherche-action qu’il faut faire évoluer, de l’innovation, il a fallu un an pour faire accepter les choses.

Aujourd’hui, 2 certifications : le CII (informatique et Internet) et la certification en langue.

Le C2I n’est pas un diplôme, c’est aussi une certification. Argument à utiliser pour faire passer le message. Il faut réfléchir en termes de certification et non en termes d’évaluation et de diplômes.

Faire passer l’idée que pour tout le mouvement du LMD (partout ailleurs on dit "Bologne", les accords de Bologne), les systèmes éducatifs nationaux doivent devenir des systèmes éducatifs européens, européaniser nos formations.

Sur la certification, problème français et européen.

Faire des certifications et rénover les formations en langue c’est forcément utiliser un référentiel européen.

La démarche qualité doit être reconnue au niveau européen.

National et local : problème difficile à gérer au niveau des universités. Le ministère ne décide de rien, on se débrouille... Ambiguïté

Pour la labélisation, besoin d’audit, mais aussi besoin d’autonomie, de liberté.

Est-ce qu’on impose CLE 1 en licence à tout le monde ou pas ?

Financement

La notion de compétence, le Cadre Européen

L’évolution et la rénovation pédagogique doivent tourner autour du CECR, aussi bien au niveau des enseignants, mais aussi au niveau des étudiants.

Définir et catégoriser cette compétence excellente en compétences fonctionnelles plurilingues évolutives, en partant du principe qu’en France aussi on accepte l’idée que tout le monde naît avec un capital plurilingue familial qu’il convient de reconnaître, d’analyser, valoriser, compléter. C’est une construction permanente et évolutive dans le sens d’un portfolio en évolution.

Le CECR est important car il fournit des outils qui existent aussi bien pour le guide de la politique linguistique mais aussi sur le manuel pour relier les formations et les examens au CECR (cf. site du Conseil de l’Europe).

Systèmes éducatifs secondaires

En France , à la fin du primaire, les élèves auront atteint le niveau A1, à la fin du collège, les élèves auront atteint le niveau A2, à la fin du lycée les élèves auront atteint le niveau B1-B2. Ces éléments commencent à se diffuser. Les établissements du secondaire commencent aussi à utiliser le portfolio, dans tous les pays européens. Il faut que cela passe à l’université.

LMD et langues

La certification et le LMD = favoriser la mobilité universitaire (étudiants et enseignants)

Apparition d’un socle commun : compétences transversales TIC et langues

Objectifs de l’Europe : favoriser les parcours plurilingues (1 langue d’origine et 2 autres langues)

Découpler formation/certification. Faire de la certification ne veut pas dire qu’il faut multiplier par 100 le nombre d’heures de formation. A l’université, on a quand même Erasmus, des collègues enseignants invités, l’autoformation guidée, les campus numériques... Il faut travailler sur cet ensemble là et non pas se dire 1 prof = 25 étudiants et on fait la formation, qui est la seule possible pour aboutir à la certification...

La certification des acquis en langue

Proposition nationales LMD BO 2002 Après évaluation du niveau de l’étudiant (L1) la formation propose de manière adaptée un enseignement de langue vivante étrangère et un apprentissage de l’utilisation des outils informatiques.

Par exemple, L1, les étudiants n’ont pas de formation, mais ont un parcours pour
  les positionner
  faire des mises à niveau
  les aider méthodologiquement pour définir par rapport à leur cursus universitaire et professionnel quelles langues ils veulent, quelle est leur majeure, leur langue forte qu’ils doivent mener jusqu’à C1 ou B2, il faut qu’ils sachent combien d’années il leur faut par rapport au niveau d’où ils partent.

Le projet a tourné au niveau de 30 universités, 1500 étudiants qui ont passé la certification, a touché 200 personnels enseignants, avec une formation de ces acteurs au CECR. Sur ces 1500 étudiants, 1/3 droit, 1/3 sciences, 1/3 lettres, intéressant statistiquement (enquête sur 1000 retours)

CLES : B1-B2 et C1-C2

Intégration au LMD, totalement intégré dans certaines universités (obligatoire pour la licence à Strasbourg, reste optionnel à Lyon.

Scénario global général qui vise des compétences de production (pas seulement contenus, QCM...)

Tâches de la vie universitaire : approche transversale interdisciplinaire

Il faut que la mise en œuvre soit facilitée pour tous parce qu’on se rend compte que les universités les plus riches sont équipées de 100 ordinateurs et multimédia.

Situation dramatique car CLE 1 peut être numérisé et donc automatisé, pour le faire passer au maximum d’étudiants, mais avec 100 ordinateurs on ne va pas loin, mais avec les campus numériques et le Wifi, ça va.

Les étudiants ont conscience de l’importance de la formation en langues.

Il faut savoir où en sont les étudiants à l’issue du secondaire, en gros, 30% viennent avec un niveau A1-A2, (dont 10% a A1), 55% sont au B1. Avec une mise à niveau rapide, on peut déjà certifier 50%, seulement 7% à B2.

Evaluation par auto-évaluation style portfolio numérique, et test Dialang sur la compréhension orale et la structure de la langue, sur anglais, allemand et espagnol.

Les scientifiques sont les plus nombreux en B2.

CLES est donc un levier pour la formation.

Il faut essayer de définir l’évaluation de départ, des parcours plurilingues, et les mises à niveau

Expériences de Lyon et Grenoble montrent la nécessité de mixer et varier les dispositifs.

Si c’est intégré, points ECTS et fait partie de l’ensemble

Si ce n’est pas intégré, est-ce qu’on met un bonus pour les amener à faire des langues ?

Suite du projet

Bénévolat jusqu’à présent sur le projet de recherche-action, on doit travailler sur une validation du point de vue institutionnel. Dans 15 jours, la conférence des présidents d’université doit donner un avis à la Direction de l’enseignement supérieur. En décembre, la certification en langue sera présentée au CNECER (instance d’élus représentative). A partir de là il faudra qu’ils prennent des décisions sur la structuration, la pérennisation et les moyens à donner.

La question des salaires des enseignants relève de la responsabilité des responsables de filières langues dans le cadre des plans quadriennaux et des politiques de langues.

Difficulté de mettre en place de Commission de politique linguistique dans les universités.

Faire comprendre aux universités qu’elle ont besoin d’une politique linguistique et d’une politique éducative plurilingue (cursus intégrés...)

Consultez le site suivant : site du CLES.

Dans la même rubrique

Transcription de l’intervention
par Clémence Regaud

La certification en langues dans le cadre du LMD

de Claude Springer
Mis en ligne : 12 juin 2005
Obstacles Projet politique, donc lobbying des enseignants par rapport aux ...
Site : site du CLES.
Transcription de l’intervention
par Clémence Regaud

Le point de vue de l’Inalco

de Geneviève Zarate
Mis en ligne : 12 juin 2005
300 ans, fondée par Colbert, refondée à la révolution "Ecole des langues ...
Transcription de l’intervention
par Clémence Regaud

Le point de vue des IUFM

de Dominique Delasalle
Mis en ligne : 12 juin 2005
Les enseignants chercheurs dans les IUFM, difficultés à faire de la ...

Adossement des masters à la recherche en didactique

de Michel Candelier, Véronique Castellotti, Marie-Thérèse Vasseur
Mis en ligne : 12 juin 2005
Le M2 spécialité Recherche "Diversité linguistique et culturelle : ...
Transcription de l’intervention
par Clémence Regaud

Politique des langues pour les étudiants spécialistes d’autres disciplines

de Christian Degache
Mis en ligne : 12 juin 2005
Politique des Langues pour les Etudiants Spécialistes d’Autres ...
Transcription de l’intervention
par Anne Château

Didactique des langues et LMD

de Marie-Françoise Narcy-Combes, Maguy Pothier, Georges Daniel Véronique
Mis en ligne : 23 novembre 2004
La première présentation : ‘Formation initiale des étudiants en ...

Titre : Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères

Directrice de publication : Dominique Macaire – Université Nancy 2

infos@acedle.orghttp://acedle.org

Suivre la vie du site | SPIP